KaZeo
+
booobooob
Follow me
Join now
Rubriques
Publicité
TL
  • http://www.avenuedestissus.com/images/tissu-patchwork-uni-noir.jpg

Accueil » Haïlé Selassié 1er ( I )
  Articles de cette rubrique :
 

Hailé Sélassié Ier à son bureau du palais d'Addis-Abeba.

Hailé Sélassié Ier,  (né Täfäri Mäkwännen le 23 juillet 1892 à Ejersa Goro en Éthiopie et mort le 27 août 1975 à Addis-Abeba, Éthiopie), fut le dernier empereur d'Éthiopie de 1930 à 1936 et de 1941 à 1974. Il est considéré par la plupart des Rastas comme étant le « dirigeant légitime de la Terre » (Earth's rightful ruler) et de surcroît le Messie, en raison de son ascendance qui, selon la tradition chrétienne orthodoxe éthiopienne, remonterait jusqu'aux rois Salomon et David.

Hailé Sélassié est né dans un petit village de la province du Harar, Ejersa Goro en Éthiopie, sous le nom de Täfäri Mäkonnen. Täfäri signifie littéralement "celui qui est craint" et Mäkwännen, simplifié en Mäkonnen, est le prénom de son père qui signifie "grand, noble". Il garda ce nom jusqu'au 3 avril 1930, date de son accession au trône d'Éthiopie comme Roi des Rois.

Son père est Ras Makonnen, gouverneur de Harar et sa mère est Woyzero (wäyzäro, madame) Yäshimabät Ali. Il n'a pas connu sa mère, morte du choléra le 14 mars 1894. Son père, grand artisan de la victoire d'Adwa contre les Italiens (1er mars 1896), mourut le 21 mars 1906, laissant Tafari aux bons soins de l'empereur Ménélik II (Dägmawi Ménilek ).

En juillet 1911, il épousa Woyzäro Menen Asfaw, fille de Jantirar Asfaw d'Ambassel et petite-fille maternelle du roi Mikaél du Wollo (Wällo). L'empereur Hailé Sélassié et l'impératrice Menen eurent six enfants : princesse Tenagnework, prince couronné Asfaw Wossen, princesse Tsehay, princesse Zenebeworq, prince Makonnen duc de Harrar, et prince Sahle Sélassié. Hailé Sélassié avait également une fille d'un ancien mariage, la princesse Romaneworq.

http://c4.ac-images.myspacecdn.com/images02/81/l_2432868e72e84ccf8682f32d619ddc7f.jpg

Jeudi 04 Septembre 2008 à 11h34 dans Haïlé Selassié 1er ( I )2 commentaire(s)

Haïlé Sélassié Ier en 1930

Le 27 septembre 1916, une assemblée de nobles avec l'accord de l'Église orthodoxe d’Éthiopie déposa l'empereur Lij Yassou (Yassou V), petit-fils et héritier de l'empereur Ménélik II, pour suspicion de conversion à l'islam. La fille de Ménélik, Zaoditou (Zäwditu) fut alors proclamée impératrice d'Éthiopie et son cousin le Ras (duc) Tafari, Prince héritier (alga-wärash) et Régent de la couronne (endärassié). En tant que Ras Tafari (celui qui est redouté en amharique), il exerça la réalité du pouvoir sous le règne de sa cousine l'impératrice Zaoditou puis comme roi (negus) de 1928 (7 octobre) jusqu'en 1930. À la mort de Zaoditou le 2 avril 1930, il prit le titre d'empereur. Il fut couronné le 2 novembre 1930 sous le nom de « Hailé Sélassié Ier (pouvoir de la Trinité), Roi des Rois d'Ethiopie, Seigneur des Seigneurs, Lion conquérant de la tribu de Juda, Lumière du Monde, élu de Dieu » : Gärmawi Qädamawi Haylä Sellassé, negusä nägäst zä'Ityopya, moa anbessa zä'emnägädä yehuda, berhanä aläm, seyumä Egziabhér (en amharique).

Hailé Sélassié développa la politique de modernisation progressive lancée par l'empereur Ménélik II, permettant ainsi l'admission de l'Ethiopie dans la Société des Nations en 1923 et décrétant la première constitution du pays en 1931. Il supprima également une pratique très ancienne, l'esclavage, dans l'Empire par des décrets pris en 1918 et 1923.

Jeudi 04 Septembre 2008 à 02h07 dans Haïlé Selassié 1er ( I )Poster un commentaire

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

L'échec de la SDN pour stopper la seconde guerre entre l'Italie et l'Éthiopie avec l'invasion italienne de 1935 le força à cinq ans d'exil, pendant lesquels il vécut à Bath en Angleterre (5 mai 1936-5 mai 1941). Grâce à une reconquête rapide du pays avec l'aide des Britanniques et des Français (emmenés par le commandant Monnier), Hailé Sélassié recouvra une totale souveraineté sur l'Empire et reprit sa politique de modernisation et de développement.

Jeudi 04 Septembre 2008 à 02h11 dans Haïlé Selassié 1er ( I )Poster un commentaire

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Entretenant une bonne entente avec le président américain Franklin Roosevelt et également avec les autres Alliés, l'Empereur obtient l'entrée de l'Ethiopie dans l'ONU dès sa fondation. Adoptant une position de non-aligné pendant la période de Guerre froide, par sa participation à la conférence de Bandung, Sélassié œuvra également à l'indépendance du continent africain et à son unification. L'Organisation de l'Unité Africaine (OUA) fut fondée en 1963 à son instigation et établit son siège à Addis Abeba.

Jeudi 04 Septembre 2008 à 02h13 dans Haïlé Selassié 1er ( I )Poster un commentaire

Haïlé Sélassié Ier, le 1er octobre 1963 à Washington.

À la suite d'une tentative de coup d'État en décembre 1960, à laquelle fut mêlée le prince héritier Asfaw Wossen, il poursuivit une politique plus conservatrice, alignant l'Éthiopie avec l'Occident contre les gouvernements africains plus radicaux. Des mécontentements croissants parmi les étudiants et une partie des élites entraînèrent son renversement le 12 septembre 1974, conséquence d'un coup d'État militaire mené par un groupe de militaires, parmi lesquels Mengistu Hailé Maryam. Les médias relayèrent la nouvelle de sa mort en prison le 27 août 1975, suite à une opération de la prostate, mais une mort par strangulation ou par étouffement est bien plus vraisemblable. Sa dépouille fut enterrée sous les toilettes du palais imperial du dictateur Mengistu qui fut défait en 1991. Le défunt empereur, dont on retrouva les restes en 1992, reçut des funérailles populaires le 5 novembre 2000 en la cathédrale de la Trinité d'Addis Abeba.

Jeudi 04 Septembre 2008 à 02h14 dans Haïlé Selassié 1er ( I )Poster un commentaire

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Parmi les adeptes du mouvement Rastafari, un mouvement spirituel qui s'est développé dans les années 1930 en Jamaïque sous l'influence du mouvement « Back to Africa » (Retour vers l'Afrique) de Marcus Garvey et des prêches de Leonard Percival Howell, Hailé Sélassié est considéré comme un messie noir qui mènera la diaspora et les peuples africains vers la liberté. Beaucoup de Rastas pensent que Sélassié est encore vivant et que la mise en scène médiatique de sa mort fait partie d'un complot visant à discréditer leur spiritualité. D'autres affirment que Jah, c'est-à-dire Dieu, est toujours vivant, quand bien même la présence terrestre de Sélassié ne serait plus visible.

Un discours prononcé par Hailé Sélassié aux Nations unies en 1963 est devenu une des chansons cultes de Bob Marley : War, sur l'album Rastaman Vibration. L'empereur parlait essentiellement de paix et d'espoir, de douleur également mais toujours de non-violence. Hailé Sélassié, chrétien pratiquant, a relativisé les croyances du Rastafari le proclamant comme messie. Une visite d'État en Jamaïque en 1966, où Sélassié fut salué par une foule très nombreuse dès son arrivée à l'aéroport, marqua profondément le monarque. Après sa visite, l'empereur confia à un clerc éthiopien, l'Abuna Yesehaq : « Il y a un problème en Jamaïque... Veuillez aider ces personnes. Ils comprennent mal, ils ne comprennent pas notre culture... Ils ont besoin d'une Église établie et vous êtes désigné pour y aller ». L'Église éthiopienne orthodoxe s'installa alors en Jamaïque pour convertir les rastas au christianisme tewahedo.

Jeudi 04 Septembre 2008 à 02h16 dans Haïlé Selassié 1er ( I )1 commentaire(s)

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit     Premiere image     Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Sous sa graphie latine Jah, le terme est devenu le

nom communément utilisé pour désigner Dieu dans la foi

Rastafari (les rastas diront même Jah Rastafari), une

religionnationaliste noire d'obédience chrétienne originaire

de Jamaïque.

 Les Rastafaris considèrent Hailé Sélassié Ier d'Éthiopie 

comme l'incarnation de Jah sur Terre. Quelques-uns d'entre

eux le considèrent même comme sa personnification bien que

ce dernier n'ait jamais admis sa propre divinité.

Jeudi 04 Septembre 2008 à 03h38 dans Haïlé Selassié 1er ( I )1 commentaire(s)

Le 2 novembre 1930, date du couronnement de l’Empereur Haile Selassie I (alias Ras Tafari) sur le trône d’Ethiopie est l’acte de naissance du mouvement Rastafari. En effet, depuis que Garvey avait -dit-on- annoncer cet évènement, les Garveyistes attendaient qu’un Roi Noir, Libérateur de l’Afrique, fût couronné.

Cet Elu, enfin manifesté, fût rapidement assimilé par Léonard Percival Howell (1898-1981) au «Dieu de l’Ethiopie» dont avait parlé Garvey, d’autant que son nom de règne, « Selassie », se référait à la « Trinité » reconnue par le prophète Jamaïcain : « Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint Esprit ».
Aidé de son collaborateur Archibald Dunkley, Howell s’attacha donc à prêcher la divinité du Négus en s’appuyant sur la base scripturaire de textes bibliques. Selon les « Rastas » (disciples ou adeptes de Ras Tafari), le Négus est tout simplement le Christ ou Dieu revenu en gloire sous un « nom nouveau » (Apocalypse 3,12) comme aussi semble l’indiquer la titulature royale de l’Empereur : « Lion conquérant de la Tribu de Juda », « Roi des Rois et Seigneur des Seigneurs » (Apocalypse 5,5 ; 19,16).

Le sceptre qui a été remis au Négus par le Duc de Gloucester –représentant du roi Georges V d’Angleterre –à l’occasion de son couronnement, est perçu comme une preuve de la dimension messianique du Négus (Genèse 49,8-11 ; psaume 2,9).
Pareillement, la chevelure lanugineuse de l’Empereur constitue du point de vue Rastafari une illustration supplémentaire du caractère christique de SMI (Sa Majesté Impériale) HSI (Haile Selassie I). (Daniel 7,9. Apocalypse 1,14). Son nom même, « Ras Tafari », signifierait «Chef Créateur » et indiquerait que la personne de l’Empereur doit être crainte et respectée.

Par ailleurs, son acronyme « HIM » désigne « JAH », le Dieu Tout-puissant (Psaume 68,4). La naissance d’un tel Dieu en Ethiopie aurait de plus été annoncée par le Roi David (Psaume 87,4) et l’expression «Selah» ponctuant certains psaumes serait en fait un diminutif de «Selassie». Lorsqu’en 1935, « l’Aigle » Romain s’attaque au « Lion » Ethiopien, l’histoire semble confirmer la théologie Rasta puisque Bénito Mussolini règne sur «Babylone» (Rome en termes bibliques) et agresse sans pitié le « Roi de Sion » et le peuple Elu d’Ethiopie.

Après la victoire du Négus en 1941, la parole prophétique des Saintes Ecritures semble s’accomplir à la lettre : « Voici, le Lion du Juda a vaincu » (Apocalypse 5,5). On note par ailleurs qu’à l’occasion de cette terrible guerre, les Nations se sont liguées contre « l’Oint » (Psaume 2,2. En anglais, la SDN s’intitule «League of Nations»).
Ainsi, aux yeux des Rastas, tout plaide en faveur de la divinité du Négus et dans les îles (Esaïe 42,1) on s’écrie dès lors : « JAH RASTAFARI » ! Pour marquer leur attachement indéfectible au Négus, Lion de Juda, les Rastas arborent désormais une chevelure « lionesque » ou « léonine » qui rappelle les «locks» des Nazaréens bibliques –tel Samson- lesquels laissaient croître librement leurs cheveux (Nombres 6).
Symbole religieux de leur non séparation d’avec le Divin, les « locks » sont aussi pour les Rastas un moyen d’affirmer leur africanité tout en se démarquant du système corrompu qui prévaut dans les colonies et qu’ils condamnent : le système de Babylone (l’Empire Romain d’Occident et toutes ses ramifications que sont les soi-disant « démocraties » occidentales et leurs institutions: l’école, l’armée…).

Devenir Rasta est donc un acte éminemment politique. Parce qu’ils renient les autorités «métropolitaines» et s’insurgent contre la société de consommation qu’elles préconisent, les Rastas sont bien vite « diabolisés » ou « satanisés » à l’instar de leur «Dieu» par ces autorités.
En Jamaïque, terre de naissance du Mouvement Rastafari, ils sont persécutés et contraints de se retirer dans les montagnes (le « Zion ») pour vivre leur différence. En dehors de leur « loock » peu conventionnel, on leur reproche par dessus tout l’usage de la « Ganja » qu’ils tiennent pour une « panacée des Nations ». Dans les congrégations (« Grounations ») Rastas, « l’herbe » fait effectivement office de «sacrement du Feu» et est omniprésente alors que les autorités civiles condamnent aussi bien la culture de la Marihuana que sa consommation.
De nombreux Rastas sont donc arrêtés et mis en prison. Néanmoins, le Mouvement Rastafari se renforce après la visite du négus en Jamaïque (« Wareika » en Arawak, ce qui signifie le « Pays des Sources »).
Polymorphe, ce mouvement ne possède aucune autorité centrale ou suprême : les Rastas n’ont pas de « Pape ». Il n’existe pas non plus de doctrine officielle au sein de la communauté Rasta, d’iù l’éclosion de certains groupes (« 12 tribus d’Israël », « Bobos »…) partageant des points de vue divergents relatifs à la personne du Négus et à sa véritable identité.

Avec la chute de la Dynastie Salomonienne d’Ethiopie en 1974 et la proclamation de la mort de l’Empereur en 1975, le Mouvement Rastafari a dû faire face à une crise majeure. « Jah live ! » dit Bob Marley ; « Jah no dead » renchérit Burning Spear pour exhorter les « Frères » et « Sœurs » à surmonter l’épreuve.
Et il est vrai que le Mouvement survit fort bien à la disparition de son Dieu désormais intronisé dans le cœur de ses disciples. Toutefois, on enregistre de nombreuses conversions de Rastas au Christianisme éthiopien.
Bob Marley lui-même –ainsi que plusieurs membres de sa famille- est passé par le baptême du côté de l’Eglise Orthodoxe Ethiopienne. En fait l’Empereur en personne n’a jamais revendiqué pour lui-même une quelconque égalité avec Dieu et s’est toujours présenté comme un simple serviteur du Christ véritable dépositaire de la titulature royale du Négus.

haile selassiecouronnementanniversaire

Lundi 02 Novembre 2009 à 01h43 dans Haïlé Selassié 1er ( I )Poster un commentaire

Jah Rastafari - Hailé Sélassié

http://c1.img.v4.skyrock.net/c15/ras-ital/pics/1729982126.jpg

[ en lecture ...]

Mercredi 17 Février 2010 à 03h25 dans Haïlé Selassié 1er ( I )1 commentaire(s)